Expo Hyperréalisme « Ceci n’est pas un corps »



Plongez dans l’univers troublant de l’hyperréalisme au travers d’œuvres d’artistes dont les italiens Maurizio Cattelan, Valter Adam Casotto ou Fabio Viale.

Du 8 septembre prochain au 5 mars 2023, l’exposition qui avait posé ses valises à Lyon cet été sera présente au Musée Maillol situé au 61 de la rue de Grenelle dans le 7ᵉ arrondissement de Paris.


En effet, après Bilbao, Canberra, Rotterdam, Liège et Bruxelles où elle a connu un immense succès, l’exposition itinérante d'Hyperréalisme « Ceci n’est pas un corps » s’arrêtera prochainement au Musée Maillol à Paris.



L’hyperréalisme est un courant artistique apparu dans les années 1960 aux Etats-Unis et dont les techniques sont explorées depuis lors par de nombreux artistes contemporains.

L’exposition, que j’ai eu l’occasion de voir à Lyon, présente une série de sculptures qui ébranlent véritablement notre vision de l’art.



Pour ce faire, l’artiste hyperréaliste tourne le dos à l’abstraction et cherche à atteindre une représentation minutieuse de la nature au point que les spectateurs se demandent parfois s’ils ont affaire au corps vivant. Ces œuvres génèrent ainsi une sensation d’étrangeté́, dérangent parfois, mais sont toujours porteuses de sens.


Le sous-titre de l’exposition fait référence à la célèbre œuvre de René Magritte « Ceci n’est pas une pipe », qui questionnait le rapport de l’art à la réalité. Certains artistes exposés s’efforcent de donner du corps humain la représentation la plus fidèle et vivante possible tandis que d’autres, au contraire, questionnent la notion de réalité : nouvelles technologies, représentations populaires détournées, déformations…


Le parcours rassemble plus de 40 sculptures d’artistes internationaux de premier plan dont George Segal, Ron Mueck, Maurizio Cattelan, Berlinde De Bruyckere, Fabio Viale, Valter Adam Casotto, Duane Hanson, Carole A. Feuerman ou encore John DeAndrea.


Vous découvrirez également au travers de films certains secrets de fabrication des œuvres révélés par les artistes eux-mêmes.



Maurizio Cattelan, italien né à Padoue en 1960



Son œuvre Ave Maria créée en 2007 ne manquera pas de vous interpeller.


Pour la petite histoire, « Ave Maria » sont les mots par lesquels l’archange Gabriel annonça à la Vierge Marie la naissance prochaine du Christ.

Dans l’œuvre de Cattelan, cette situation céleste se transforme intentionnellement en un salut nazi blasphématoire, des bras fermement ancrés surgissant du mur.

Ces trois bras ressemblent à des trophées de chasse, tant Cattelan a poussé loin le réalisme.

L’artiste fait souvent référence aux événements politiques du moment en maniant l’ironie et la provocation.

Ses œuvres aux compositions surréalistes peuvent prêter à sourire mais soulèvent en même temps un questionnement critique sur notre société…



Carole Feuerman


Particulièrement inspirée par l’univers de la natation, Carole Feuerman aime mettre en scène des personnages de baigneuses et de baigneurs.

Ses œuvres en résine ont un réalisme qui marque par ses détails soignés et même émouvants.


Même à quelques centimètres des œuvres vous serez étonné de constater avec quelle perfection la sculptrice a fait preuve d’une habileté déconcertante.

Pour parfaire la réalité, Feuerman a ajouté des gouttelettes d’eau sculptées en résine à la surface de la sculpture, créant ainsi l’illusion d’un épiderme humide…



Valter Adam Casotto, italien né à Padoue en 1980



Son œuvre Stringiamoci a coorte créée en 2017 est en silicone, résine et peinture à l’huile


Pour la petite histoire, cette œuvre représente la main agrandie de la grand-mère de l’artiste surgissant du mur.

Cette œuvre joue sur plusieurs niveaux de sens, tant culturels que politiques, sociaux mais aussi familiaux.

La main révèle un examen critique de Casotto envers son propre pays tout en mettant en lumière l’histoire des travailleuses, de l’artisanat, le poids de la tradition et de la religion.

Le titre de l’œuvre provient du refrain de l’hymne national italien et semble donc faire référence à l’état du pays.

Enfin, l’œuvre symbolise aussi la chaleur, l’amour et le lien profond avec un être aimé qui se matérialise sous la forme d’une main racontant l’histoire d’une vie…


In the Box extended, seconde œuvre exposée deValter Adam Casotto, 2017



Fabio Viale, italien né à Cuneo en 1975


Son œuvre Venere Italica créée en 2021 est une sculpture en marbre blanc.


Pour la petite histoire, Fabio Viale est célèbre pour sa manière d’insuffler une vie nouvelle au marbre.

Bien qu’on puisse le considérer comme un sculpteur traditionnel de par son utilisation du marbre, ses sculptures sont loin d’être ordinaires.

Son œuvre laisse transparaître une légèreté et une délicatesse inattendue pour un matériau habituellement si massif, elle se pare d’ailleurs souvent des atours du polystyrène ou du papier.

Venere Italica tire parti du marbre comme moyen d’expression et se réfère aux canons de beauté universels perpétués à travers l’histoire de l’art en Europe.

Conçue en marbre blanc, elle se présente comme une copie de la Venus Italica d’Antonio Canova, un thème récurrent chez Viale qui puise son inspiration dans les chefs-d’œuvre du passé.

Ici Fabio Viale force le spectateur à percevoir la réplique altérée de la sculpture et sa matérialité à travers un regard contemporain tout en conservant la maîtrise technique du passé…



Sam Jinks, australien né à Bendigo en Australie


Sam Jinks, Woman and Child, 2010


Son œuvre Woman and Child créée en 2010 est saisissante


Pour la petite histoire, ce qu’il y a de plus étonnant dans les œuvres de Jinks c’est l’extrême perfection technique dans sa manière de représenter le corps, rendue possible grâce à l’utilisation de silicone, de fibre de verre et de cheveux.

Woman and Child décrit dans une surprenante richesse de détails le vieillissement du corps.

Dans cette sculpture, l’artiste représente peut-être une seule et même personne, enfance et vieillesse d’un même mouvement. L’étreinte chaleureuse de la vieille dame referme le cercle de la vie et constitue en même temps un geste d’humilité face à sa propre existence…



🧡Mais aussi...


Thom Puckey, Figure on Bed with Camera and Weapons, 2013



Jacques Verduyn, Pat et Veerle, 1974


Ron Mueck, A Girl, 2006, représentation d'un nouveau-né de plus de 5 mètres de long




Kazu Hiro, Andy Warhol, 2013



Marc Sijan, Cornered, 2011



Marc Sijan, Embrace, 2014



Zharko Basheski, Ordinary Man, 2010



Mel Ramos, Chiquita Banana, 2007



Tony Matelli, Josh, 2010



En résumé une exposition à ne pas manquer, représentative d’un courant artistique dans son ensemble qui vous transportera aux frontières du réel…



Musée Maillol

59-61 Rue de Grenelle, 75007 Paris

Ouvert tous les jours de 10:30 à 18:30 et jusqu’à 22:00 le mercredi

Tél : 01.42.22.59.58