Les cartes de Tarot sont nées en Italie



Le Tarot « Visconti » est le plus ancien, sans doute également le plus beau au travers de la beauté artistiques de ses cartes.


Il tire son nom des Visconti qui étaient une famille noble qui a régné su Milan pendant près de 200 ans, de 1277 à 1447. Mais ce qui fit connaître encore davantage les Visconti est leur alliance, en raison du mariage de leur fille Bianca Maria, avec un certain Francesco Sforza qui devint ainsi 1er Duc Sforza de Milan.


Sorte de César avide de domination, Francesco Sforza exprimait son pouvoir par une politique d'urbanisme et de construction. Il s’employa également à bâtir des édifices à son image, sans cesse plus démesurés et onéreux. Ainsi, s’il n’avait ni la culture ni le goût d’un Cosimo de’Medici, il tenta cependant de l’imiter dans le domaine de l’architecture et bénéficia de son aide financière pour mener à bien ses projets.



C’est lui qui commanda l’Ospedale Maggiore de Milan inspiré par l'hôpital Santa Maria Nuova de Florence, et dont il confia la réalisation à Filarete, architecte et sculpteur florentin théoricien de l'architecture de la Renaissance italienne.


Mais me direz-vous, pourquoi cette famille Visconti a-t-elle commandé ces cartes ?


Tout simplement par goût du beau et du luxe, comme symbole de leur statut et afin d’ajouter encore du prestige à leur famille au travers de ces objets d’art.

🔮On pense souvent que ce jeu de cartes a été inventé dans un but de divination dès le début, ce qui est une erreur. En effet la connexion du tarot à la divination n’intervient qu’à la fin du 18e siècle.

Elle est due en fait à une information erronée publiée par un auteur, Antoine de Gébelin, qui avait relié les illustrations du jeu de tarot à l’Egypte Ancienne, et plus particulièrement au livre de Thoth.


En regardant les illustrations de ce premier jeu de Tarot dit « Visconti » vous vous apercevrez que les femmes jouent un rôle égal dans leur apparence sur les cartes.


En effet sont présentes des figures importantes telles que l’Impératrice ou le personnage de la Papesse, le Pape au féminin. On peut considérer que c’était une sorte de blague mais pour autant les femmes représentaient bien la moitié des cartes de ce jeu de Tarot. De plus, si on ne se fie pas aux légendes, il n’y a pas eu de femme Pape au Moyen-âge.



Ce fut par ailleurs la toute première description d’une Papesse dans l’histoire du Tarot.



Sur la carte de la Roue de la Fortune vous pouvez remarquer des symboliques fortes représentant la nature cyclique de la vie avec sa succession de hauts et de bas, de joies et de peines.

Ainsi et tout d’abord au centre figure la Fortune, aveuglée et tournant la roue. A gauche, un personnage monte pour accéder au pouvoir et détrôner celui qui règne en son sommet.

Puis, la roue de la fortune et des infortunes tournant, un autre protagoniste situé à droite tombe quant à lui littéralement de son pinacle alors qu’un pauvre vieillard en bas est en train de mourir, bouclant ainsi la boucle du cycle de la vie…


Egalement, les costumes et les tenues des hommes et des femmes furent très révélateurs car en les étudiants l’on a pu ainsi déterminer que les premières cartes dataient du milieu du 15e siècle.


La carte du Mat est un bon exemple de sous-vêtements médiévaux légers.


Tout comme celle du Pendu qui montre de façon claire un haut de cette époque.



Enfin, il existe une carte bien singulière qui est celle de la Mort. On peut la lire telle quelle mais aussi en la considérant comme une évocation de la renaissance.

Elle rappelle ainsi que toute fin cache un nouveau début, que chaque fin annonce de nouvelles choses…