Le Corridor Vasari


Empruntez le couloir secret des Medici pour vivre une expérience unique…

Le Corridor Vasari Corridoio Vasariano, réalisé par Giorgio Vasari au XVIe siècle, est un passage médiéval surélevé qui relie le Palazzo Vecchio au Palazzo Pitti, les emblèmes du pouvoir à Florence.



Le premier, le Palazzo Vecchio, dominant sur la Piazza della Signoria, fut le siège du gouvernement de Florence depuis la fin du XIIIe siècle, le deuxième fut choisi par les Medici comme résidence principale de la famille ducale à partir de la moitié du XVIe siècle.



Le grand peintre et architecte Giorgio Vasari, qui avait présenté également le projet des Offices, réalisa ce couloir qui enjambe le fleuve Arno tout en passant par dessus les boutiques du Ponte Vecchio, véritable nouveauté architecturale, et qui raconte des épisodes importants de l'histoire de Florence le long de son parcours. Aujourd’hui, c’est une galerie d'art qui abrite la plus importante collection d'autoportraits d'Italie.



Le passage fut construit en 1565 à la demande du grand-duc Cosme Ier et achevé en cinq mois.

Le corridor permettait aux membres de la famille ducale de se déplacer d'un côté à l'autre de la ville sans aucun danger, à une époque où le risque d'attentat était constant. Qui plus est à travers les petites fenêtres de ce passage La famille Medici pouvait tout voir sans être vu.


C’est également la sensation que vous aurez en admirant la vue sur le fleuve depuis les fenêtres sur le Ponte Vecchio.


En rentrant dans le passage par la Galerie des Offices vous rencontrerez tout d'abord les témoignages d'un moment tragique de l'histoire récente de cette ville: la bombe de via de'Georgofili, attentat mafieux datant de 1993, avec ses trois cents kilos d'explosif qui ont tué cinq personnes, endommagé le Corridoio Vasariano et détruit plusieurs peintures.

L’un de ces tableaux, dont il ne reste que quelques morceaux de peinture, est exposé au même endroit où il se trouvait au moment de l'explosion, sorte de mémoire de cet attentat brutal à la beauté et à l'art.



Puis vous longerez le fleuve Arno par dessus des arcades pour arriver au Ponte Vecchio, où à l'époque de la construction du passage on y achetait la viande des bouchers situés des deux côtés du pont et qui par la suite et pour des questions d’hygiène laisseront la place aux orfèvres qu'on voit encore aujourd'hui. En effet les Medici ne pouvaient pas tolérer la mauvaise odeur des boucheries pendant leurs promenades le long du corridoio. Des promenades secrètes parce que, à travers de petites fenêtres, du haut de leur passage, ils pouvaient tout voir sans être vus.



Aujourd’hui le corridor de Vasari dispose au milieu du Ponte Vecchio de grandes fenêtres qui regardent vers le pont de Santa Trinita. A savoir qu’elles furent agrandies en 1939 à l'occasion de la visite d’Hitler et de Mussolini à Florence.


Pour la petite histoire, l’on raconte que la beauté inoubliable de la vue de ces fenêtres a convaincu Hitler d’épargner le Ponte Vecchio, différemment de tous les autres ponts qui ont été détruits par les allemands, ainsi que les édifices médiévaux des rues qui prolongent le Pont.

Le corridor aussi fut partiellement détruit par les mines, mais en dépit de la dévastation subie il fut néanmoins utilisé par les partisans italiens et par les florentins pour traverser le fleuve, lorsque les autres ponts furent abattus.


Après avoir traversé le fleuve, le passage contourne la tour de Mannelli. En effet et pour l’anecdote, au contraire d'autres familles qui avaient permis à Vasari de faire passer le corridor dans leurs maisons, les Mannelli s'étaient opposés, contraignant ainsi l'architecte à réaliser un encorbellement qui suit le périmètre de la tour.


Le passage continue son chemin à travers l'église Santa Felicita. C’est au cœur de celle-ci que la famille Medici accédait à une loge réservée, d'où elle pouvait participer à la messe sans se mêler aux autres fidèles.



Le corridor poursuit son parcours en longeant les nobles résidences de la rue Guicciardini pour déboucher sur les jardins de Boboli, à côté de la Grotte de Buontalenti et terminer enfin son parcours dans le Palazzo Pitti.







Déjà à partir du XVIIe siècle des œuvres d'art étaient installées dans ce passage. Aujourd’hui une collection extraordinaire y figure donc, celle des autoportraits.


Il s'agit d'une sélection de plusieurs centaines d'autoportraits d'artistes italiens et étrangers, datant du début du XVIe siècle jusqu'à l'époque contemporaine. Une sélection d'une collection énorme, constituée d’environ mille huit-cent autoportraits qui appartiennent au Musée des Offices.


En raison de ses dimensions limitées liées à sa fonction originaire, le passage a gardé son ton exclusif et peut être visité uniquement sur réservation, par petits groupes et accompagné d’un guide autorisé.

Comptez autour de 80 € par personne, ce qui peut paraître un peu cher mais vous vivrez là une expérience unique et insolite avec un guide à votre service. La visite est gratuite pour les enfants de moins de 6 ans.

Vous pourrez réserver sur internet à l’adresse suivante : info@ticketsflorence.com



Le Corridoio Vasariano est un des monuments les plus significatifs de Florence, un témoignage extraordinaire de l'histoire de Florence, des Offices et de la famille Medici...