Officina Profumo-Farmaceutica di Santa Maria Novella

Quand la plus vieille pharmacie du monde fête ses 800 ans…



C'est en 1221 que des frères dominicains arrivèrent à Florence pour fonder un nouveau couvent. Beaucoup de choses se sont passées depuis lors, cependant Santa Maria Novella demeure toujours aussi unique, faisant de l'Officina Profumo-Farmaceutica de Santa Maria Novella la plus ancienne apothicairerie du monde.


La Chapelle San Niccolo


Entre 1332 et 1334, le marchand Dardano Acciaioli tomba malade et fut soigné par les frères dominicains de Santa Maria Novella. Plus tard, en signe de gratitude, il décida de financer la construction de la chapelle de San Niccolò, la salle principale de l'Officina Profumo-Farmaceutica di Santa Maria Novella. Construit à l'origine pour les malades, ce lieu est aujourd'hui le cœur du « Musée-Magasin » de la Via della Scala à Florence.


Les eaux parfumées


La première preuve enregistrée de la production d'eaux parfumées aux propriétés médicinales remonte à 1381. Pendant la peste de cette même année, l’eau de rose qui était un produit simple mais précieux, était utilisée pour la désinfection des pièces et des espaces, ainsi qu’à usage de médicament léger à boire avec du vin ou pris en comprimés.


Catherine de Médicis


Fiancée à Henri II de Valois, Caterina de 'Medici voulu apporter un cadeau à son futur époux en France, c’est ainsi qu’elle fit créer une essence qui véhiculait à la fois la grâce et l'élégance de sa ville de Florence.


On dit que son parfumeur, Renato Bianco, également connu sous le nom de René le Florentin, lui aurait recommandé les frères dominicains de l'église de Santa Maria Novella avec lesquels elle était déjà proche. C’est alors que l'un des premiers parfums à base d'alcool de l'histoire vit le jour, séduisant ainsi les cours de France de ses tonalités d’agrumes.


Aujourd’hui encore la parfumerie Santa Maria Novella propose L 'Acqua della Regina, une fragrance qui rend hommage à Caterina de’Medici et célèbre le parfum qu'elle avait apporté à son futur mari.



En 1542 est créé la Pharmacie du Couvent


A cette occasion un apothicaire laïc fut nommé pour diriger la pharmacie qui eut ainsi désormais ses propres comptes séparés. C'est ainsi qu’ouvrit officiellement l'ancienne pharmacie, qui ne s'appelait pas encore « Officina ».


La création de l’Officina Profumo- Parmaceutica di Santa Maria Novella



Le 15 octobre 1612 le Conseil du couvent dominicain créa le laboratoire d'arômes, baptisé Officina Profumo-Farmaceutica di Santa Maria Novella , ou Laboratoire de parfums et de produits pharmaceutiques de Santa Maria Novella.



C’est le Frère Angiolo Marchissi qui fut nommé en tant que Directeur pour ses talents de chimiste érudit et de maître de l'alchimie. Depuis, ses formules inspirées des traditions transmises oralement depuis l'installation de l'Ordre dominicain à Santa Maria Novella s'exportent dans le monde entier.

Ainsi L'Acqua Antisterica , l'une de ses formules les plus réussies et désormais connue sous le nom de "Acqua di Santa Maria Novella Elisir", reste à ce jour l'un des produits les plus représentatifs de l’Officina.


Le renouveau


C'est à la fin du 18ème siècle que Cosimo Bucelli, Directeur de l'époque, entreprit avec le Conseil du couvent des dominicains la restauration de l'ancienne apothicairerie en la remodelant pour arriver au résultat actuel.




Ainsi en vous rendant à l’Officina vous pourrez admirer la beauté architecturale des lieux, les meubles d’époque ou encore la magnifique voûte décorée de fresques aux créatures fictives dont les deux "esprits" dans les coins souhaitent la guérison et le rétablissement à tous ceux qui entrent.



Vous découvrirez l'herboristerie, qui était autrefois l'ancienne pharmacie (Antica Spezieria) dans laquelle les produits étaient exposés et vendus entre 1612 et 1848.



Puis la salle principale (Cappella di San Niccolò) rénovée en 1848 pour offrir un espace approprié pour accueillir les clients de l'établissement toujours plus nombreux en raison du succès rencontré.



La salle verte (Sala Verde) fut la salle de réception jusqu'en 1700. Les liqueurs de pharmacie y côtoyaient alors des breuvages autrefois à la mode, tels que le chocolat chaud que l’on se pressait de venir déguster.






Aujourd’hui les locaux originaux de la Via della Scala sont de véritables salles de musée dont le but n'est pas seulement de vendre aux visiteurs les produits estampillés Santa Maria Novella mais aussi de leur faire découvrir un lieu unique, témoignage d’une tradition florentine vielle de 800 ans.